Les sites de plongée

CAYE DES BOUCANIERS

Crevettes dans une éponge fluorescente

Au milieu de la Baie de Ste Anne, ce massif corallien offre une exceptionnelle diversité en coraux et éponges d’une richesse de couleurs incomparable. Le site se présente sous forme d’un plateau carré de moins de 50 mètres de côté, bordé par des tombants sur 3 côtés et d’une caye (petite barrière de corail) par le sud-est.
C’est un site particulièrement agréable mais extrêmement fragile surtout sur le plateau qui varie entre 0 et 6 mètres. Sa préservation demande au plongeur de conserver à tout instant une position bien horizontale. Tout autour, les murs plus ou moins verticaux sont le domaine des pélagiques (sorbes, thazards, barracudas) qui se mêlent aux bancs de petits poissons coralliens (girelles, maniocs, gorettes, castagnoles). On y rencontre aussi une multitude d’espèces des plus variées et des plus rares : tarpons, carangues noires, anges français, anges royaux, maniocs, barracudas, raies.
Coté crustacées, il faut prendre le temps de chercher dans le corail, sans le toucher bien-sûr. On y trouve souvent langoustes ou crabes-araignées qui partagent les mêmes trous suivant les périodes. En fin de plongée, de retour sur le plateau, de nombreux types de crevettes sont à prévoir au programme, de la Grande Nettoyeuse à la Yucatan en passant par la crevette Thor. Elles y sont toutes !
Pour terminer, on n’a pas le temps de s’ennuyer au palier en compagnie des murènes, soles, marionnettes …
Le mouillage (vis de mouillage écologique) que nous avons mis en place en 2010 est tout à fait adapté à la fragilité du corail qui supporte très mal l’ancre et la chaine.
Ce spot qui se distingue par sa grande luminosité et ses couleurs vives est accessible à tous les niveaux : néophytes et confirmés ainsi qu’aux personnes souhaitant pratiquer la randonnée palmée. Un site à ne pas manquer. C’est un incontournable.

L’AQUARIUM

Des milliers de poissons

L’Aquarium porte bien son nom. Le mouillage est à quelques mètres d’une barrière de corail qui remonte quasiment jusqu’à la surface. Le premier bloc de béton mis en place pour l’amarrage est aujourd’hui recouvert de corail et sert de support à une gorgone éventail (petite victoire de la nature).
Le site est resté en jachère durant plusieurs années, mais nous l’avons remis en fonction en 2006 pour diminuer un peu la fréquentation au niveau de la Pointe Borgnèse.
La plongée peut se faire à très faible profondeur( 5 à 8m) entre pâtés et barrière coralliens dans une grande diversité poissons coralliens. On peut y voir de jeunes baracudas déjà solitaires, et quelques fois des tortues pouvant être attirées par les herbiers environnants.
Elle peut aussi se faire en allant admirer le tombant derrière la barrière de corail, qui descend entre 10 et 20m. Pour faire les 2 correctement, ce qui est fortement recommandé, il faut tabler sur une plongée d’environ une heure.

LA POINTE BORGNÈSE

Poisson Perroquet Pointe Borgnèse

La Pointe Borgnèse est l’un des site les plus fréquentés. Il faut dire qu’il présente une quantité d’avantages non négligeables. C’est une zone naturellement protégée de type lagonique, « une piscine avec des coraux à la place des carreaux ». C’est un grand plateau de sable sur une profondeur moyenne de 5 mètres (pratique pour la formation des débutants) colonisés de manière éparse par les coraux avec une grosse faune corallienne. Il y a de tout dans 3m d’eau : murène, crevettes, calamars, lièvre de mer, hippocampe, beaucoup de petits poissons mais aussi les plus beaux perroquets de toute la zone protégée. C’est aussi un super tombant quasi vertical avec un angle s’ouvrant progressivement vers 20m (et plus) pour l’exploration et pour d’éventuels exercices.
Tous ces atouts en font un site très fréquenté que nous essayons de protéger le plus possible.

LE ROCHER DU DIAMANT

La faille du Diamant

Le rocher du Diamant est l’un des plus beaux sites de plongée de la Martinique, et sans doute l’un des plus célèbres des Antilles . Il mérite plusieurs explorations, tant les lieux magiques sont nombreux sur ce petit rocher :

  • La faille sur une profondeur d’environ 13m permet de passer de la façade ouest à la façade sud par un large tunnel d’environ 30 mètres de long.
  • La bulle d’air. En fait, il y en a plusieurs. La plus importante, connue des plongeurs, se trouve au bout de la façade sud dans une énorme grotte tapissée d’éponges, de petits coraux et de gorgones fil de fer.
  • Les petites grottes et arches sont multiples, particulièrement sur le côté ouest.
  • Le côté nord que l’on appelle plus communément la piscine est très souvent plus abritée. C’est avant tout un superbe plateau entre 5 et 10 mètres, bordé d’un tombant presque vertical. Dans cette zone aussi riche en faune fixe qu’en poissons, il est fréquent de rencontrer tortues et diodons, pas trop incommodés par la présence du plongeur quand celui-ci sait rester discret.
  • Le côté est s’avère plus facile à explorer en plongée dérivante, en passant par le sud ou le nord selon l’orientation du courant. C’est une zone beaucoup moins fréquentée, avec des madrépores plus fragiles et souvent de belles surprises dans les tailles de poissons en début de plongée.

Situé à une quinzaine de miles nautiques de notre centre de plongée, soit un peu moins de 20 minutes de navigation avec le NatiDive, le rocher est aussi un site historique et une réserve ornithologique. Le spectacle est grandiose.

Voir les vidéos du Diamant

LE NAHOON

Le mât du Nahoon

C’est une belle épave d’environ 40 mètres de long posée bien droite sur un fond de 35 mètres. Construit pour les Phares et Balises, le navire mixte (voile-vapeur) fut mis à l’eau à Royan en 1911. Les deux chaudières d’origine furent remplacées par deux moteurs Diesel 240 cv en 1950. Il fut rebaptisé le Masoala puis le Caraïbe deux ans plus tard. Promis à la destruction, le bateau rompt ses amarres lors du cyclone Ines en 1966, échoue dans la baie de Pointe à Pitre et est récupéré par Henry Wakelam pour une 2ème vie de navigation dans la Caraïbe. Il sera coulé en 1993 à l’initiative du Corema, spécialement pour le plaisir des plongeurs. Aujourd’hui l’épave est fortement colonisée par la faune fixe (corail, gorgone, éponge), les poissons de récif comme les anges, diodons, etc. et quelques pélagiques (carangues, thazards, barracudas). Très belle plongée réservée aux plongeurs certifiés niveau 2 ou PE40 minimum.

LA GRANDE CAYE

Corail cierge

Le site de la Grande Caye est délimité au nord par une longue barrière de corail qui émerge un peu à marée basse. C’est là que se réfugient de nombreux poissons côtiers. Le corail y est d’une grande diversité et offre un décor extrêmement coloré. On y trouve pour les plus connus le cerveau de Neptune, corail cierge, le très rare corail corne d’élan, quelques coraux foliacés. Nombreuses gorgones éventails, gorgones poreuses et éponges.
Le site permet de descendre jusqu’à 25 mètres, voire un peu plus, mais la zone la plus intéressante reste au dessus de 15 mètres. Le plaisir du plongeur est assuré aussi bien pour le baptême que pour le plongeur confirmé. Toutes les rencontres y sont permises : beaucoup de poissons perroquets, chirurgiens, sardes à queue jaunes, gorettes, girelles, etc.
C’est aussi le site idéal pour observer la ponte des coraux, 2 à 6 nuits par an.

LES TROIS VALLÉES

Mister Baracuda

La zone des Trois Vallées est très vaste. La plongée s’étend sur une surface importante à des profondeurs allant de 5 mètres à plus de 40. C’est une étendue de corail particulièrement riche, séparée par des petites zones de sables (les vallées).
Ce site de grands espaces permet, à faibles profondeurs, de jouir d’une vision panoramique. Idéal pour reconnaître autour de soi les bancs de poissons qui n’hésitent pas à vous encercler rapidement, se rapprochant de plus en plus si vous vous stabilisez sans bouger. On y voit passer les pélagiques solitaires tels que thazards et barracudas.
Lorsqu’on se rapproche un peu du fond, on y trouve des soles, crustacées et mollusques tels que le lambi. La rencontre d’une raie ou d’une tortue n’est pas rare, mais pas systématique. La diversité et le relief du site permettent souvent des plongées de très longue durée.
Au palier, restons attentifs au milieu des bancs de maniocs, coulirous ou petites carangues bleues. On peut toujours avoir la visite d’un tarpon, assez impressionnant par sa taille mais plutôt fuyant.

LE TI TANIC (LE PETIT VOILIER)

C’est un des plus beau site du sud caraïbe. Souvent plongé pour visiter la petite épave qui lui vaut son nom, il cache de nombreuses richesses. Le mouillage est à 13m et le tombant descend très progressivement vers le nord-ouest. Ce site offre de nombreuses possibilités: on peut partir dans n’importe qu’elle direction, tout est bon. Il est colonisé en grande majorité par des coraux foliacés qui cachent sous leurs feuilles langoustes, crabes araignées, murènes et crevettes. On y voit aussi les pélagiques : barracudas, carangues ou thazards qui vous accompagnent souvent pendant toute la plongée (il faut lever la tête de temps en temps), ainsi que des bancs de platax, gorettes, et sardes. Avec un peu de chance, la rencontre d’une raie aigle est possible. Depuis quelque temps, on constate sur ce site une prolifération d’algues poussant sur le corail, et une faible présence d’oursins.

LE JARDIN VERT

Banc de platax au jardin vert

Le jardin vert (mouillage à 18m) est un site situé non loin du Titanic, mis en place il y a une quinzaine d’années pour faire plus facilement des plongées profondes, visiter le tombant des 30-40 mètres, survoler les plateaux de sable, domaine des raies souvent en couple dans cette zone. Il est aussi accessible à tout plongeur de niveau 1 maitrisant bien sa flottabilité.
C’est une plongée de pleine eau. Stabilisé à 18 mètres dans un banc de platax, le plongeur aura une vu plongeante sur les énormes patates de corail jusqu’au bord du tombant qui commence dans les 30 mètres. Lorsque vous y serez, vous comprendrez pourquoi il s’appelle le Jardin Vert. Le site est resté en jachère plusieurs années. Il a gardé tout son charme malgré le fait que les raies y soient plus rares. On y croise, entre autres, des grosses sardes souvent solitaires, des thazards curieux qui nous accompagnent pendant la plongée, des barracudas parfois immobiles, et très souvent les bancs de petits comme les maniocs, carangues juvéniles, coulirous, …. Oui, le palier en pleine eau, dans un banc de maniocs c’est encore mieux !

LE TOMBANT DES ANGES

Ange français

C’est en allant chercher des casiers perdus avec un pêcheur que nous avons pu pour la première fois admirer le décor.
La zone des 10 mètres, d’abord, où nous trouvons une concentration de poissons anges français, caraïbes et royaux.
Ensuite, le tombant dégringole verticalement de 10 à 18 mètres. Puis il descend plus doucement sur un fond de sable où on peut croiser des raies pastenagues et une grosse murène verte pour arriver sur un autre tombant vertical qui commence à 30 mètres. A partir de là, la taille des sardes et des autres poissons autour de nous, et dans les grottes, est un peu plus impressionnante que ce que nous avons l’habitude de voir ailleurs.
Notre mouillage est écologique et adapté au tonnage de notre bateau. Nous l’avons installé sur le sable et non loin des casiers de pêcheurs qui, exceptionnellement, nous permettent de plonger dans cette zone.
Nous limitons le nombre de plongées sur ce site, d’une part par respect pour nos amis pêcheurs, et d’autre part parce que les conditions atlantiques exigent des plongeurs expérimentés et préparés.

DOMINGO

Raie pastenague à demi cachée dans le sable

Domingo est un site de plongée limité à une vingtaine de mètres. C’est un vaste plateau de sable colonisé par le corail en forme de cirque, où s’abritent du courant poissons, raies et crustacés, et aussi les plongeurs de Natiyabel qui, posés sur le sable, peuvent admirer et photographier (sans toucher et surtout sans casser !).
En suivant l’exemple des pêcheurs qui posent leurs casiers à coté du site sans toucher à la zone corallienne, nous avons placé notre mouillage sur le sable. Le site est superbe et pratiquement vierge, ce qui explique le comportement peu craintif des animaux si on ne s’approche pas trop près d’eux.

LE TOMBANT DES SORBES

Sur le tombant des Sorbes avec Natiyabel

Le tombant des Sorbes est un nouveau site de plongée, indiqué par un pêcheur (qui s’appelle devinez comment… Marijo !).
Le mouillage est à 17 mètres. C’est une plongée accessible à partir du niveau 1. Elle est aussi très intéressante pour les niveaux 2 et plus, car le tombant est plus vertical à partir des 25 mètres. On y croise généralement les plus grosses pièces, souvent des sardes. L’endroit est très peu fréquenté, en fait, seulement par quelques pêcheurs. Le corail est intact et la faune dense. Les rencontres de raies et de tortues sont fréquentes.

VOIR LES VIDEOS

 

Plongée en Martinique avec  Natiyabel

Plongée et randonnée en Martinique